The original article was published in English, other language versions are automatically translated.
For the original please switch to English.
12.06.2023

Entraînement efficace des fléchisseurs profonds du cou : Thérapie manuelle pour "allumer" les muscles !

Isabelle Werner

SCÉNARIO CLINIQUE

La cervicalgie est un trouble musculo-squelettique courant dont la prévalence globale est d'environ cinq pour cent (femmes 5,8%, hommes 4,0%). [1]. Il s'agit d'une maladie invalidante qui représente l'un des fardeaux socio-économiques les plus lourds au monde et qui devrait s'aggraver avec le vieillissement de la population. [2].

Le contrôle moteur des fléchisseurs cervicaux profonds et superficiels est généralement réduit en cas de cervicalgie chronique, avec un retard dans la contraction des muscles du cou lors des mouvements des membres supérieurs. En outre, le schéma d'activation musculaire est altéré, ce qui se traduit par une diminution des fléchisseurs profonds du cou et une augmentation de l'activité des fléchisseurs cervicaux superficiels pendant les tâches à faible charge. [3], [4].

Les examens IRM ont révélé une diminution significative des muscles longus colli, longus capitis, sternocleidomastoideus (SCM), levator scapulae, semispinalis capitis, trapezius chez les patients souffrant de douleurs cervicales non spécifiques (NSNP) par rapport aux témoins sains. Chez les patients souffrant de WAD, une infiltration graisseuse a été mise en évidence dans Mm. SCM, trapezius, semispinalis et splenius capitis, obliquus capitis inferior par rapport aux patients souffrant de NSNP ou aux témoins sains. [5]

Les lignes directrices de pratique clinique pour les douleurs cervicales recommandent de tester la mobilité active et passive, les fléchisseurs profonds du cou, les muscles cervico-scapulo-thoraciques et le contrôle moteur. [6]

Les muscles étant souvent affaiblis dans les affections du cou, leur récupération est cruciale. Il n'existe pas de consensus sur les exercices les plus efficaces. [7], [8]Actuellement, la combinaison de l'exercice et de la thérapie manuelle semble être bénéfique. [6], [9]-[11]. La question se pose de savoir si la mobilisation ou la manipulation manuelle améliore l'efficacité de l'entraînement musculaire. Sterling et al. 2001 ont déjà montré des résultats positifs de la thérapie manuelle concernant le seuil de douleur à la pression, l'activité sympathique et le schéma d'activité des fléchisseurs profonds du cou. [12].

QUESTION CLINIQUE CIBLÉE

La mobilisation ou la manipulation de la colonne vertébrale a-t-elle un impact sur l'activité des fléchisseurs profonds du cou ?

  

STRATÉGIE DE RECHERCHE

En avril 2023, la stratégie de recherche documentaire suivante a été utilisée pour trouver des articles appropriés (Fig. 1) :

 

Termes utilisés pour guider la stratégie de recherche

-       PGroupe de patients : patients souffrant d'affections du cou/individus asymptomatiques présentant une posture de la tête en avant

-       Intervention : mobilisation cervicale ou manipulation cervicale ou mobilisation vertébrale ou manipulation vertébrale

-       Comparaison : avant et après l'intervention

-       Outcome(s) : activité des fléchisseurs profonds du cou, force des fléchisseurs profonds du cou, endurance des fléchisseurs profonds du cou

Bases de données :

  • PubMed - Bibliothèque nationale de médecine
  • Bibliothèque Cochrane
  • PEDro - Base de données factuelles sur la physiothérapie

 

Critères d'inclusion

-       Mesure des fléchisseurs cervicaux profonds (activité, force, endurance)

-       L'homme

-       Sujets asymptomatiques 

-       Affections du cou (posture de la tête en avant, douleurs cervicales, radiculopathie cervicale)

-       Mobilisation cervicale ou manipulation cervicale, mobilisation vertébrale ou manipulation vertébrale

-       Documents en anglais ou en allemand

Critères d'exclusion

-       Absence de mesure des fléchisseurs cervicaux profonds ou mesure imprécise (par exemple, angle de flexion cranio-cervical)

-       Pathologies graves telles que le cancer

-       Autres techniques de traitement que la mobilisation ou la manipulation de la colonne vertébrale, telles que la mobilisation neurodynamique ou la thérapie des points gâchettes.

-       Publication à partir de 12 ans

-       Études de cas, séries de cas

Search strategy

Figure 1 :  Stratégie de recherche

 

RÉSULTATS DES ÉTUDES

Table 1_Results

Tableau 1 :  Caractéristiques et résultats des études incluses

 

DISCUSSION

L'objectif était d'examiner l'effet de la manipulation vertébrale sur l'activité des fléchisseurs profonds du cou. Toutes les études incluses avaient comme résultat primaire ou secondaire une mesure objective de l'activité des fléchisseurs profonds du cou. L'hétérogénéité des participants (asymptomatiques, douleurs cervicales, radiculopathie) et les différentes méthodes de mesure de l'activité des fléchisseurs profonds du cou (échographie, CCFT par étapes, force, endurance, différents scores) peuvent constituer une limite. On pourrait faire valoir que dans les situations cliniques, les patients présentent différents schémas cliniques, allant de problèmes mineurs comme une légère cervicalgie à une radiculopathie douloureuse sévère. Par conséquent, l'hétérogénéité des affections du cou est comme un miroir de la pratique clinique. Chaque patient peut présenter des problèmes différents lors de l'examen physique. De ce point de vue, il est utile de disposer de plusieurs moyens pour tester les muscles DNF, tels que la force ou l'endurance. En outre, il peut être utile de savoir que les différentes fonctions des muscles DNF peuvent être traitées par manipulation ou mobilisation de la colonne vertébrale en complément d'exercices actifs sélectionnés de manière appropriée en fonction des résultats de l'examen physique.

Jesus-Moraleida et al. 2011 [13] a révélé une augmentation de l'épaisseur du M. longus colli (LCO) chez les témoins sains et les sujets souffrant de douleurs cervicales, et une diminution de l'épaisseur du sternocleidomastoideus (SCM) chez les patients souffrant de douleurs cervicales uniquement, lors d'une échographie pendant le test de flexion craniocervicale (CCFT) après une mobilisation du PA sur l'apophyse épineuse C5/6. 

La mobilisation semble normaliser les schémas d'activité des muscles fléchisseurs cervicaux chez les patients souffrant de douleurs cervicales et augmenter l'activité motrice du LCO. Les effets à long terme sont inconnus. L'étude contribue à l'hypothèse selon laquelle la mobilisation cervicale a un impact à court terme sur le schéma d'activité du DNF. Les résultats doivent être interprétés avec prudence, car comme les auteurs l'ont déjà mentionné, les sujets inclus étaient plutôt jeunes, avec un âge moyen inférieur à 30 ans. Les résultats pourraient ne pas être les mêmes dans une population plus âgée, car les personnes âgées présentent un schéma d'activation musculaire différent pendant la mobilisation cervicale, utilisant des niveaux plus élevés de SCM que les jeunes adultes. [14]. Un autre détail doit être discuté : Dans un contexte clinique, les thérapeutes choisissent généralement le segment le plus douloureux ou le plus rigide, mais dans cette étude, seul le segment C5/6 a été mobilisé chez tous les sujets. Il aurait été intéressant de savoir si la mobilisation du segment le plus évident aurait entraîné une plus grande différence d'épaisseur musculaire. Bien que l'étude ait été publiée il y a déjà 12 ans, elle donne un aperçu intéressant des changements visibles des fléchisseurs du cou après la mobilisation.

Dunning et al. 2012 [15] a comparé la manipulation en poussée à haute vélocité et faible amplitude (HVLA) unilatérale sur C1/2 des deux côtés et centrale sur T1/2 avec une mobilisation sans poussée (30s PA mobilisation, grade IV). [16] sur les mêmes segments) chez des patients souffrant de douleurs cervicales mécaniques ; 48 heures après l'intervention, le groupe HVLA a montré une amélioration significativement plus importante du CCFT.

Bien que les auteurs expliquent que la courte durée de 30 secondes dans le groupe de mobilisation visait à éviter un contact plus long que dans le groupe HVLA, cela ne semble pas applicable à une situation clinique. Les mobilisations sont généralement appliquées pendant quelques minutes ou en plusieurs séries de 30s-2min. Toutefois, si une intervention aussi courte entraîne déjà une augmentation mineure de l'activité motrice de la DNF (1,2 mmHg [95% CI : 0,64, 1,8]), une application plus longue dans le cadre d'études futures pourrait être prometteuse. Les auteurs ont déjà suggéré de mener d'autres études pour examiner l'efficacité des différents types et dosages de thérapie manuelle et d'inclure une collecte de données de suivi à long terme. Un troisième groupe avec contact uniquement pourrait être un groupe de contrôle utile pour la mobilisation sans poussée. Comme cela a déjà été mentionné dans la discussion de l'étude de Jesus-Moraleida et al. 2011 [13]Le fait de manipuler ou de mobiliser toujours les mêmes segments (C1-2 et T1-2) ne reflète pas les situations cliniques dans lesquelles le segment le plus évident est choisi. Un point d'interrogation est de savoir pourquoi un bruit de craquement est nécessaire pour qu'une manipulation soit réussie. Le fait de se fier à un bruit de craquement pour décider de l'efficacité d'une manipulation n'est pas étayé par les résultats de la recherche - les effets ne dépendent pas des bruits de craquement. [17]-[19].  

Chez les patients souffrant de douleurs cervicales chroniques, Lee et Kim 2016 [20] a comparé la manipulation thoracique HVLA (groupe A) sur les segments hypomobiles, l'entraînement DNF, l'étirement du trapèze/de l'omoplate, avec un groupe B pratiquant l'entraînement DNF et l'étirement du trapèze/de l'omoplate seul et un groupe C pratiquant uniquement des exercices actifs d'amplitude de mouvement - toutes les interventions ont été effectuées 3 fois par semaine sur une période de 10 semaines. Les résultats de la force musculaire et de l'endurance de la DNF sont significativement plus élevés dans le groupe HVLA combiné à l'entraînement DNF que dans le groupe DNF seul, et l'entraînement DNF a été significativement plus efficace que les exercices actifs d'extension de l'omoplate. 

Les auteurs ont déjà mentionné la taille relativement petite de l'échantillon comme une limite, et suggèrent de mener d'autres études sur l'effet à long terme avec un plus grand nombre de participants. Une autre limite est l'absence de données démographiques sur les participants, seule l'heure d'apparition étant indiquée. La combinaison de la manipulation et de l'entraînement à la DNF est ce qui est généralement fait en milieu clinique. Cependant, d'un point de vue clinique, 3 séances par semaine sur une période de 10 semaines semble être un nombre assez élevé de traitements, au total les sujets ont eu 30 séances. Ce n'est pas très rentable pour le système de santé et ce n'est pas réaliste en milieu clinique. Après quelques traitements, les patients devraient être en mesure de faire de l'exercice à la maison ou au travail pour retrouver leur efficacité personnelle. [21]. Néanmoins, cette étude souligne l'importance d'une manipulation supplémentaire qui semble avoir un effet pertinent. La force s'est améliorée presque deux fois plus que dans le groupe "entraînement seul" et l'endurance s'est améliorée aussi clairement, bien que le groupe entraînement ait eu 10 minutes de plus pour les exercices pendant les sessions que le groupe HVLA. L'entraînement semble devenir plus efficace avec des manipulations supplémentaires. Un point très positif de cette étude est qu'elle a sélectionné les segments hypomobiles, ce qui est comparable au travail clinique. 

Une préoccupation similaire concernant l'intensité du traitement est soulevée dans l'étude de la Copurgensli et al. 2017 [22]. Leur objectif était d'étudier la contribution des NAG / SNAG et de la Kinesiotape à un programme de rééducation conventionnel complet (5 fois par semaine, pendant 3 semaines), comprenant des compresses chaudes, des TENS et des exercices isométriques à la ceinture. Les deux méthodes thérapeutiques supplémentaires n'ont apporté aucun avantage au programme de rééducation conventionnel. Bien que les auteurs concluent que le groupe de mobilisation ainsi que le groupe Kinesiotape ont montré un gain accru de force musculaire DNF et ROM pendant la période de traitement, le tableau des résultats ne peut pas confirmer cette constatation. L'augmentation de la force DNF est similaire dans tous les groupes, le groupe de contrôle commence avec une force DNF plus faible mais a la même amélioration que les deux autres groupes. 

5 traitements par semaine sur une période de 3 semaines n'est possible que dans des centres de rééducation hospitaliers, d'où la question suivante : un patient atteint de spondylose cervicale a-t-il vraiment besoin de rester dans une clinique de rééducation ? Une deuxième préoccupation est la durée très longue d'une seule séance, 15 minutes de pack chaud suivies de 20 minutes de TENS dépassent déjà la durée moyenne d'une séance de traitement d'environ 30 minutes. Cette durée n'est pas réaliste pour la plupart des physiothérapeutes, à l'exception de ceux qui travaillent dans un centre de réadaptation pour patients hospitalisés. En outre, l'utilisation d'un pack chaud et de TENS n'est pas recommandée pour les douleurs cervicales non spécifiques. [6], [23]La seule raison d'utiliser cette intervention serait d'en faire une intervention de contrôle. Il s'agit de la seule étude qui n'a pas pu contribuer à l'amélioration de l'activité musculaire après la mobilisation.

Young et al. 2019 [24] a évalué les effets immédiats et à court terme d'une séance unique de manipulation HVLA sur C7-T3 et T4-T9 par rapport à une manipulation fictive ; l'endurance des fléchisseurs profonds du cou était significativement plus élevée dans le groupe HVLA que dans le groupe de manipulation fictive, directement après l'intervention et après 48-72 heures de suivi.

Bien que le groupe de manipulation ait obtenu un changement moyen significatif de l'endurance du DNF directement après l'intervention (4,5 s) et encore plus élevé après 48-72 heures de suivi (7,8 s), les auteurs doutent que le changement soit cliniquement significatif, car le changement minimal détectable (MDC) mesuré chez les patients souffrant de douleurs cervicales serait de 16,2 s. Cependant, même s'il est inférieur au CDM, 4,5-7,8 secondes sont facilement mesurables avec un chronomètre, et cet effet peut être utilisé pour un entraînement plus efficace des muscles DNF. Les auteurs mentionnent que les croyances des patients ont pu avoir une influence sur les résultats, car ils ont reconnu le type de traitement qu'ils ont reçu. La manipulation de C7-T3 et T4-T9 a été utilisée, étant donné que la colonne cervicale inférieure comprend également T1-4 sur le plan fonctionnel [25]mais cela peut encore être décrit comme une manipulation locale. T4-9 semble être très éloigné de la colonne cervicale. Cependant, dans d'autres études, les manipulations thoraciques ont eu des effets à distance, par exemple sur l'activité des muscles de l'épaule chez les patients souffrant de douleurs sous-acromiales. [26]. Pour un bénéfice immédiat et à court terme, la manipulation de la jonction cervicothoracique et de la colonne thoracique moyenne semble être une option de traitement précoce efficace. La manipulation de la colonne vertébrale médiane peut notamment être utile dans les situations cliniques, pour ne pas provoquer de symptômes au niveau du membre supérieur. Comme Dunning et al, ils s'appuient sur un bruit de craquement pour décider que la manipulation a été efficace, alors que, comme nous l'avons déjà mentionné, les effets ne dépendent pas des bruits de craquement. [17]-[19].  

Ghan & Babu 2021 [27] ont présenté un effet immédiat des mobilisations centrales et unilatérales de l'AP C1-T3 de grade IV sur l'activité motrice du DNF chez des sujets asymptomatiques présentant une posture de la tête en avant, qui a également dépassé le changement minimal détectable (MDC) pour le score d'activation et l'indice de performance de manière évidente. Le groupe placebo a reçu des mobilisations de grade I sur les mêmes segments.

En conclusion, la mobilisation centrale/unilatérale de l'AP de grade IV peut être utilisée pour obtenir un entraînement plus efficace du DNF. Les auteurs suggèrent d'étudier l'effet à moyen/long terme de la mobilisation de grade IV sur l'activation des muscles DNF dans des études supplémentaires avec des sujets asymptomatiques. La mobilisation unilatérale et centrale de tous les segments C1-T3 est assez importante et n'est pas très pratique et efficace dans les situations cliniques. En clinique, les thérapeutes choisissent la direction du mouvement et le segment les plus évidents ainsi que les segments adjacents pour la mobilisation. Il serait intéressant, dans le cadre d'une recherche ultérieure, de choisir le segment le plus évident afin d'examiner si cela a un impact plus important que la mobilisation de tous les segments. Une autre question est de savoir pourquoi les auteurs ont choisi les mobilisations PA et non AP [16], [25]? D'après l'expérience clinique, les sujets ayant une posture de tête en avant sont généralement dans une position plus étendue de la colonne cervicale supérieure et moyenne et plus (hyper)mobiles dans la direction PA, mais hypomobiles dans la direction AP. Par conséquent, il pourrait être bénéfique pour ce groupe de participants d'effectuer des mobilisations AP.

Sur les six études incluses, cinq articles montrent une amélioration immédiate de l'activité motrice du DNF, telle que l'épaisseur visible par ultrasons, la force ou l'endurance après manipulation ou mobilisation de la colonne cervicale ou thoracique. Une étude n'a pas trouvé de bénéfice supplémentaire à la mobilisation par rapport à un groupe témoin. Toutes ces études présentent, outre leurs points forts, certaines limites, qui ont déjà été évoquées précédemment. Dans l'ensemble, nous pouvons conclure que la manipulation ou la mobilisation de la colonne vertébrale est une option thérapeutique utile pour améliorer l'activité motrice du DNF et fournir un entraînement plus efficace. La manipulation semble être plus efficace que la mobilisation. La manipulation/mobilisation ne doit pas être appliquée comme un traitement autonome, mais toujours en combinaison avec une thérapie active et une éducation. [6]

 

IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE ET LA RECHERCHE FUTURE

Les cliniciens doivent être conscients des effets positifs de la manipulation et de la mobilisation. Si les muscles DNF sont affaiblis, ils doivent être entraînés à la thérapie, aux exercices à domicile et à l'autogestion. [21] programme. L'exercice semble constituer une prévention substantielle des épisodes récurrents de cervicalgie. [28], [29]. En outre, la manipulation ou la mobilisation peut améliorer l'efficacité de l'entraînement à la DNF. La combinaison des techniques manuelles et de l'entraînement à la DNF semble être plus efficace que l'entraînement seul. S'il faut choisir entre la manipulation et la mobilisation, la manipulation semble préférable d'après les données actuelles. 

Pourquoi les manipulations/mobilisations peuvent-elles conduire à un entraînement plus efficace ? L'activité musculaire peut être inhibée chez les patients souffrant de douleurs cervicales.[3], [30] par le dysfonctionnement des articulations, la douleur, l'épanchement, les traumatismes et la fatigue [29], [31]. Elle est similaire à l'inhibition musculaire arthrogène qui est décrite comme se produisant en raison de la douleur, de l'épanchement ou du dysfonctionnement de l'articulation. Ces facteurs limitants doivent être pris en compte pour réduire l'inhibition et fournir un entraînement adéquat. [32], [33]. Si le dysfonctionnement et la douleur peuvent être diminués - ce qui peut être fait rapidement par la manipulation ou la mobilisation - les muscles ont plus de chances de retrouver une activité normale. C'est comme si la fiche n'était pas complètement branchée dans la prise de courant, que la lumière vacillait et qu'elle n'était pas aussi brillante qu'une lumière constante - si le muscle est inhibé, il ne peut pas être entraîné aussi puissamment que s'il était d'abord "allumé".

Comment expliquer l'effet des techniques manuelles ? Du côté gauche/théorique du mur de briques [16], [25]L'inhibition de la douleur peut être due à des réponses neurophysiologiques systémiques provoquées par une force mécanique telle qu'une manipulation ou une mobilisation. [34], [35]. Les effets neurophysiologiques de la manipulation vertébrale sont encore à l'étude, mais certains effets ont été rapportés concernant des altérations neuroplastiques centrales, des changements dans l'excitabilité des neurones moteurs, une augmentation de la force musculaire, une amélioration de l'entraînement cortical, une activation du circuit descendant de modulation de la douleur et une sensibilisation centrale. [36].

Du côté droit/clinique du mur de briques [16], [25] nous essayons de trouver une raideur ou une douleur - où nous pourrions appliquer une mobilisation ou une manipulation. En outre, nous pouvons trouver une faiblesse, une diminution de l'endurance ou de la proprioception, pour lesquelles nous pourrions adapter un programme d'entraînement, ou nous reconnaissons une peur du mouvement, auquel cas le patient aura besoin d'une éducation plus poussée. 

Des idées pour de futures recherches sont déjà mentionnées dans la discussion. L'accent pourrait être mis sur des interventions plus pertinentes sur le plan clinique, comme le choix du segment le plus douloureux ou le plus raide, au lieu de mobiliser tous les segments. En outre, l'examen de programmes de rééducation plus réalistes - comme une fréquence moindre sur une certaine période de temps. Il serait intéressant de comparer la manipulation, la mobilisation et un groupe témoin, afin d'étudier l'effet de la mobilisation également. Ce qui manque encore, ce sont des résultats à long terme. Cependant, de mon point de vue, il serait pertinent d'examiner la durée de l'effet sur l'activité motrice du DNF après une seule intervention, car cette information pourrait donner une idée de la fréquence du traitement.

 

Points clés

  • Cles manipulations cervicales et thoraciques ont un effet positif sur l'activité de la DNF chez les patients souffrant de diverses affections du cou et chez les sujets sains
  • La mobilisation semble avoir une influence positive sur l'activité des DNF
  • La manipulation semble avoir un impact plus important sur l'activité des DNF que la mobilisation.
  • La formation semble devenir plus efficace avec une manipulation supplémentaire que la formation seule.

 

RÉFÉRENCES

 

[1] D. Hoy et al.The global burden of neck pain : estimates from the Global Burden of Disease 2010 study," (La charge mondiale de la cervicalgie : estimations de l'étude sur la charge mondiale de morbidité 2010) Ann. Rheum. Dis., vol. 73, no. 7, pp. 1309-1315, Jul. 2014, doi : 10.1136/annrheumdis-2013-204431.

[2] T. Vos et al.Incidence, prévalence et nombre d'années vécues avec un handicap au niveau mondial, régional et national pour 301 maladies et blessures aiguës et chroniques dans 188 pays, 1990-2013 : une analyse systématique pour l'étude sur la charge mondiale de morbidité 2013". The Lancet, vol. 386, no. 9995, pp. 743-800, Aug. 2015, doi : 10.1016/S0140-6736(15)60692-4.

[3] D. L. Falla, G. A. Jull, et P. W. Hodges, "Patients With Neck Pain Demonstrate Reduced Electromyographic Activity of the Deep Cervical Flexor Muscles During Performance of the Craniocervical Flexion Test :", "Patients with Neck Pain Demonstrate Reduced Electromyographic Activity of the Deep Cervical Flexor Muscles During Performance of the Craniocervical Flexion Test :". Colonne vertébrale, vol. 29, no. 19, pp. 2108-2114, Oct. 2004, doi : 10.1097/01.brs.0000141170.89317.0e.

[4] D. Falla, "Unravelling the complexity of muscle impairment in chronic neck pain", "Unravelling the complexity of muscle impairment in chronic neck pain", "Unravelling the complexity of muscle impairment in chronic neck pain". Man. Ther., vol. 9, no. 3, pp. 125-133, août 2004, doi : 10.1016/j.math.2004.05.003.

[5] E. Van Looveren, B. Cagnie, I. Coppieters, M. Meeus et R. De Pauw, "Changes in Muscle Morphology in Female Chronic Neck Pain Patients Using Magnetic Resonance Imaging," (Changements dans la morphologie musculaire chez les patientes souffrant de douleurs cervicales chroniques à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique) Colonne vertébrale, vol. 46, no. 10, pp. 638-648, May 2021, doi : 10.1097/BRS.0000000000003856.

[6] P. R. Blanpied et al., "Douleur au cou : Révision 2017 : Clinical Practice Guidelines Linked to the International Classification of Functioning, Disability and Health From the Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association," (Directives de pratique clinique liées à la classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé de la section orthopédique de l'American Physical Therapy Association) J. Orthop. Sports Phys. Ther., vol. 47, no. 7, pp. A1-A83, Jul. 2017, doi : 10.2519/jospt.2017.0302.

[7] J. Price, A. Rushton, I. Tyros, V. Tyros, et N. R. Heneghan, "Effectiveness and optimal dosage of exercise training for chronic non-specific neck pain : A systematic review with a narrative synthesis," PLOS ONE, vol. 15, no. 6, p. e0234511, Jun. 2020, doi : 10.1371/journal.pone.0234511.

[8] R. M. de Zoete, N. R. Armfield, J. H. McAuley, K. Chen et M. Sterling, "Comparative effectiveness of physical exercise interventions for chronic non-specific neck pain : a systematic review with network meta-analysis of 40 randomised controlled trials," (Efficacité comparative des interventions en matière d'exercice physique pour les douleurs cervicales chroniques non spécifiques : examen systématique et méta-analyse en réseau de 40 essais contrôlés randomisés). Br. J. Sports Med., vol. 55, no. 13, pp. 730-742, Jul. 2021, doi : 10.1136/bjsports-2020-102664.

[9] C. Bernal-Utrera, J. J. Gonzalez-Gerez, E. Anarte-Lazo, et C. Rodriguez-Blanco, "Manual therapy versus therapeutic exercise in non-specific chronic neck pain : a randomized controlled trial," (Thérapie manuelle contre exercices thérapeutiques dans les douleurs cervicales chroniques non spécifiques : un essai contrôlé randomisé). Essais, vol. 21, no. 1, p. 682, Dec. 2020, doi : 10.1186/s13063-020-04610-w.

[10] S. Chung et Y.-G. Jeong, "Effects of the craniocervical flexion and isometric neck exercise compared in patients with chronic neck pain : A randomized controlled trial," Physiother. Theory Pract., vol. 34, no. 12, pp. 916-925, Dec. 2018, doi : 10.1080/09593985.2018.1430876.

[11] M. Sterling, R. M. J. de Zoete, I. Coppieters et S. F. Farrell, "Best Evidence Rehabilitation for Chronic Pain Part 4 : Neck Pain". J. Clin. Med., vol. 8, no. 8, p. 1219, Aug. 2019, doi : 10.3390/jcm8081219.

[12] M. Sterling, G. Jull, et A. Wright, "Cervical mobilisation : concurrent effects on pain, sympathetic nervous system activity and motor activity", [Mobilisation cervicale : effets simultanés sur la douleur, l'activité du système nerveux sympathique et l'activité motrice]. Man. Ther., vol. 6, no. 2, pp. 72-81, May 2001, doi : 10.1054/math.2000.0378.

[13] F. R. Jesus-Moraleida, P. H. Ferreira, L. S. M. Pereira, C. M. Vasconcelos, et M. L. Ferreira, "Ultrasonographic Analysis of the Neck Flexor Muscles in Patients with Chronic Neck Pain and Changes After Cervical Spine Mobilization," (Analyse ultrasonographique des muscles fléchisseurs du cou chez les patients souffrant de douleurs cervicales chroniques et changements après la mobilisation de la colonne cervicale) J. Manipulative Physiol. Ther., vol. 34, no. 8, pp. 514-524, Oct. 2011, doi : 10.1016/j.jmpt.2011.08.006.

[14] S. Uthaikhup et G. Jull, "Performance in the cranio-cervical flexion test is altered in elderly subjects". Man. Ther., vol. 14, no. 5, pp. 475-479, Oct. 2009, doi : 10.1016/j.math.2008.12.003.

[15] J. R. Dunning et al.Manipulation en poussée de la région cervicale supérieure et de la région thoracique supérieure contre mobilisation sans poussée chez les patients souffrant de douleurs cervicales mécaniques : essai clinique multicentrique randomisé". J. Orthop. Sports Phys. Ther., vol. 42, no. 1, pp. 5-18, Jan. 2012, doi : 10.2519/jospt.2012.3894.

[16] E. Hengeveld, K. Banks et G. D. Maitland, Eds, Maitland's vertebral manipulation : management of neuromusculoskeletal disorders - Volume oneHuitième édition. Edinburgh : Elsevier Ltd, 2014.

[17] J. A. Cleland, T. W. Flynn, J. D. Childs et S. Eberhart, "The Audible Pop from Thoracic Spine Thrust Manipulation and Its Relation to Short-Term Outcomes in Patients with Neck Pain," (Le bruit sec de la manipulation de la colonne vertébrale et sa relation avec les résultats à court terme chez les patients souffrant de douleurs cervicales). J. Man. Manip. Ther., vol. 15, no. 3, pp. 143-154, Jul. 2007, doi : 10.1179/106698107790819828.

[18] D. W. Evans et N. Lucas, "What is 'manipulation' ? A reappraisal," Man. Ther., vol. 15, no. 3, pp. 286-291, Jun. 2010, doi : 10.1016/j.math.2009.12.009.

[19] J. Dunning, F. Mourad, M. Barbero, D. Leoni, C. Cescon et R. Butts, "Bilateral and multiple cavitation sounds during upper cervical thrust manipulation", "Bilateral and multiple cavitation sounds during upper cervical thrust manipulation", "Bilateral and multiple cavitation sounds during upper cervical thrust manipulation". BMC Musculoskelet. Disord., vol. 14, no. 1, p. 24, Dec. 2013, doi : 10.1186/1471-2474-14-24.

[20] K.-W. Lee et W.-H. Kim, "Effect of thoracic manipulation and deep craniocervical flexor training on pain, mobility, strength, and disability of the neck of patients with chronic nonspecific neck pain : a randomized clinical trial". J. Phys. Ther. Sci., vol. 28, no. 1, pp. 175-180, 2016, doi : 10.1589/jpts.28.175.

[21] N. Hutting, V. Johnston, J. B. Staal, et Y. F. Heerkens, "Promoting the Use of Self-management Strategies for People With Persistent Musculoskeletal Disorders : The Role of Physical Therapists," J. Orthop. Sports Phys. Ther., vol. 49, no. 4, pp. 212-215, avr. 2019, doi : 10.2519/jospt.2019.0605.

[22] C. Copurgensli, G. Gur, et V. B. Tunay, "A comparison of the effects of Mulligan's mobilization and Kinesio taping on pain, range of motion, muscle strength, and neck disability in patients with Cervical Spondylosis : A randomized controlled study," J. Back Musculoskelet. Rehabil., vol. 30, no. 1, pp. 51-62, Dec. 2016, doi : 10.3233/BMR-160713.

[23] P. Kharel, J. R. Zadro, et C. G. Maher, "Physiotherapists can reduce overuse by Choosing Wisely," (Les physiothérapeutes peuvent réduire la surutilisation en choisissant judicieusement). J. Physiother., vol. 67, no. 3, pp. 151-155, Jul. 2021, doi : 10.1016/j.jphys.2021.06.006.

[24] I. A. Young, F. Pozzi, J. Dunning, R. Linkonis, et L. A. Michener, "Immediate and Short-term Effects of Thoracic Spine Manipulation in Patients With Cervical Radiculopathy : A Randomized Controlled Trial," J. Orthop. Sports Phys. Ther., vol. 49, no. 5, pp. 299-309, mai 2019, doi : 10.2519/jospt.2019.8150.

[25] G. D. Maitland, E. Hengeveld, K. Banks et K. English, Manipulation vertébrale de Maitland. Edinburgh ; New York : Elsevier Butterworth-Heinemann, 2005.

[26] A. K. Hegarty, M. Hsu, J.-S. Roy, J. R. Kardouni, J. J. Kutch et L. A. Michener, "Evidence for increased neuromuscular drive following spinal manipulation in individuals with subacromial pain syndrome", "Evidence for increased neuromuscular drive following spinal manipulation in individuals with subacromial pain syndrome". Clin. Biomech., vol. 90, p. 105485, Dec. 2021, doi : 10.1016/j.clinbiomech.2021.105485.

[27] G. M. Ghan et V. S. Babu, "Immediate Effect of Cervico-thoracic Mobilization on Deep Neck Flexors Strength in Individuals with Forward Head Posture : A Randomized Controlled Trial," J. Man. Manip. Ther., vol. 29, no. 3, pp. 147-157, mai 2021, doi : 10.1080/10669817.2020.1834321.

[28] T. F. De Campos, C. G. Maher, D. Steffens, J. T. Fuller et M. J. Hancock, "Exercise programs may be effective in preventing a new episode of neck pain : a systematic review and meta-analysis," (Les programmes d'exercices peuvent être efficaces dans la prévention d'un nouvel épisode de douleur au cou : une revue systématique et une méta-analyse). J. Physiother., vol. 64, no. 3, pp. 159-165, juil. 2018, doi : 10.1016/j.jphys.2018.05.003.

[29] D. Falla, " Schlüsselprinzipien für das Training von Patienten mit Nackenschmerzen ", " Schlüsselprinzipien für das Training von Patienten mit Nackenschmerzen ". manueltherapie, vol. 17, no. 01, pp. 7-13, Feb. 2013, doi : 10.1055/s-0033-1334131.

[30] T. R. Stanton, H. B. Leake, K. J. Chalmers et G. L. Moseley, "Evidence of Impaired Proprioception in Chronic, Idiopathic Neck Pain : Systematic Review and Meta-Analysis," (Preuves d'altération de la proprioception dans les douleurs cervicales chroniques idiopathiques : examen systématique et méta-analyse). Phys. Ther., vol. 96, no. 6, pp. 876-887, Jun. 2016, doi : 10.2522/ptj.20150241.

[31] U. Röijezon, N. C. Clark et J. Treleaven, "Proprioception in musculoskeletal rehabilitation. Part 1 : Basic science and principles of assessment and clinical interventions," Man. Ther., vol. 20, no. 3, pp. 368-377, Jun. 2015, doi : 10.1016/j.math.2015.01.008.

[32] J. T. Hopkins et C. D. Ingersoll, "Arthrogenic Muscle inhibition : A Limiting Factor in Joint Rehabilitation," (Inhibition musculaire arthrogène : un facteur limitant dans la rééducation des articulations). J. Sport Rehabil., vol. 9, no. 2, pp. 135-159, mai 2000, doi : 10.1123/jsr.9.2.135.

[33] G. Norte, J. Rush et D. Sherman, "Arthrogenic Muscle Inhibition : Best Evidence, Mechanisms, and Theory for Treating the Unseen in Clinical Rehabilitation," (Inhibition musculaire arthrogène : meilleures preuves, mécanismes et théorie pour traiter l'invisible dans la rééducation clinique). J. Sport Rehabil., pp. 1-19, 2021, doi : 10.1123/jsr.2021-0139.

[34] J. E. Bialosky, M. D. Bishop, D. D. Price, M. E. Robinson, et S. Z. George, "The mechanisms of manual therapy in the treatment of musculoskeletal pain : A comprehensive model," Man. Ther., vol. 14, no. 5, pp. 531-538, Oct. 2009, doi : 10.1016/j.math.2008.09.001.

[35] J. E. Bialosky et al.Leçons tirées des mécanismes de la thérapie manuelle : Modélisation d'une approche". J. Orthop. Sports Phys. Ther., vol. 48, no. 1, pp. 8-18, Jan. 2018, doi : 10.2519/jospt.2018.7476.

[36] G. Gyer, J. Michael, J. Inklebarger et J. S. Tedla, "Spinal manipulation therapy : Is it all about the brain ? Une revue actuelle des effets neurophysiologiques de la manipulation," J. Intégr. Méd., vol. 17, no. 5, pp. 328-337, sept. 2019, doi : 10.1016/j.joim.2019.05.004.

 

 

 

 

Retour à l'aperçu du blog

Commentaires

Krzysztof Opara
07.09.2023
Cool. Both techniques passive and active are even better in combination. Love that.
Sandra Baumgärtner
12.07.2023
wow! great, thanks so much :)
Elly Hengeveld
17.06.2023
Hi Isabella
Thank you for this. Well done.
Cheers
Elly
Vous êtes connecté en tant que {{user.name}}
{{ comment.length }} / 2000
  • {{ error[0] }}
fr_FRFrench

Nouvelles de Maitland

Restez à la pointe des soins fondés sur des données probantes en physiothérapie ! Abonnez-vous à notre bulletin Maitland® Concept pour obtenir des informations exclusives sur les traitements neuromusculosquelettiques avancés et les stratégies de gestion. Améliorez votre pratique, améliorez les résultats pour vos patients et restez à la pointe de la recherche de l'excellence.

Fractures de la colonne vertébrale.
Sérieux ou pas ?

Participez à un webinaire passionnant avec un conférencier de renommée internationale Laura Finucane sur 7 février 2024 à 20h00 CET lors de la session en direct ou la regarder plus tard en eplay.

Teacher Name

Add Your Heading Text Here

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Plateforme de gestion du consentement par Real Cookie Banner