The original article was published in English, other language versions are automatically translated.
For the original please switch to English.
16.06.2022

Qu'est-ce que la thérapie manuelle ?

Trisha Davies-Knorr

Y avez-vous déjà pensé ? Il n'a probablement jamais été aussi difficile de répondre à cette question qu'aujourd'hui. Lorsque j'ai obtenu mon diplôme de kinésithérapeute, c'était facile. La thérapie manuelle était la mobilisation des articulations par des mouvements passifs. Ce n'était pas nouveau. En fait, la thérapie manuelle est une discipline ancienne qui était mentionnée aussi loin qu'Hippokrates (Pettman 2007). Les physiothérapeutes enseignent et pratiquent la thérapie manuelle depuis au moins un siècle. Mais qu'entendons-nous par thérapie manuelle ? Que faisons-nous réellement ?

Définitions :

Dans le compte-rendu d'un atelier, qui s'est tenu aux États-Unis en 1977 et auquel ont participé des leaders importants de la première heure, tels que Vladimir Janda, Karel Lewit et Sydney Sunderland, la thérapie manuelle était encore sur une voie passive. Ils décrivent la thérapie manuelle comme "l'application d'une force manuelle déterminée avec précision et dirigée spécifiquement sur le corps, afin d'améliorer la mobilité dans les zones qui sont limitées ; dans les articulations, dans les tissus conjonctifs ou dans les muscles squelettiques". Plus récemment, Lederman décrivait encore la thérapie manuelle comme étant "...l'utilisation des mains dans un but curatif et guérisseur ou une technique manuelle à visée thérapeutique..." (Lederman E. 2005).

La thérapie manuelle est cependant en pleine évolution. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à une énorme évolution dans le domaine de la thérapie manuelle, qui est passée d'un artisanat professionnel à une science fondée sur des preuves. Nous assistons également à un élargissement du champ de la thérapie manuelle pour inclure des exercices, l'éducation, les sciences de la douleur, les compétences de communication et bien d'autres interventions.

Dans le livre révolutionnaire de Gregory Grieve. Thérapie manuelle moderne de la colonne vertébrale de 1986, nous trouvons déjà un certain nombre de chapitres consacrés à l'exercice. David Lamb affirme dans ce livre que les thérapeutes manuels "assurer une prise en charge conservatrice complète des douleurs rachidiennes et articulaires périphériques liées à un dysfonctionnement musculo-squelettique". En fait, dans les 4th volume de cet ouvrage standard, le titre a été changé en La physiothérapie musculo-squelettique moderne de Grieve (Jull et al 2015).

Si nous regardons ce que l'IFOMPT dit dans sa définition de la thérapie manuelle, qui date de 2004, il est dit que nous n'utilisons pas seulement des techniques manuelles mais aussi des exercices thérapeutiques. L'exercice peut bien sûr faire référence à l'auto-mobilisation qui reflète notre traitement passif. Cependant, l'utilisation de stratégies actives pour influencer les déficits de contrôle moteur et d'équilibre musculaire qui peuvent contribuer au problème du patient est également impliquée. Le document des normes éducatives de l'IFOMPT décrit clairement la prescription d'exercices comme l'une des aptitudes ou compétences nécessaires dans un programme éducatif de l'OMPT (https://www.ifompt.org/Educational+Standards.html).

La vision plus globale de la thérapie manuelle existe donc depuis longtemps, certains concepts l'ayant adoptée plus tôt que d'autres. En effet, certaines autorités font une course en avant et risquent de perdre les compétences en matière de thérapie manuelle et certaines semblent encore adhérer aux anciennes définitions.

La thérapie manuelle et les muscles :

"Lorsque la littérature scientifique est prise en compte, attribuer le succès de la thérapie manipulative de la colonne vertébrale uniquement à l'identification et à la correction des défauts biomécaniques a autant de sens que d'attribuer à une barbe la victoire dans une série éliminatoire de hockey". Joel Biolosky.

Geoff Maitland avait tendance à dire que si nous nous occupons des articulations, les muscles s'occuperont d'eux-mêmes. Cela peut être vrai et nous pouvons souvent observer un changement dans l'activité musculaire après une mobilisation ou une manipulation. Regardez Pieter Westerhuis traiter la faiblesse de la hanche par une manipulation vertébrale. https://www.youtube.com/watch?v=5qzxzzjN_eQ. Des travaux plus récents sur l'inhibition musculaire arthrogène (IMA) nous aident à comprendre certains des mécanismes à l'origine de cette situation (Freemann, Mascia, McGill 2013, Rice et McNair 2010, Sonnery-Cottet et al 2019, Lepley AS et Lepley KL 2021, Norte et al 2021). Malheureusement, cette hypothèse ne se vérifie pas toujours. Nous avons souvent besoin d'aborder directement la fonction musculaire. Les interventions de thérapie manuelle passive, cependant, nous offrent souvent une fenêtre importante pour permettre une activation plus précoce des muscles ou une progression plus rapide des exercices et ainsi faciliter la réhabilitation. Cet effet ne doit pas être sous-estimé.

Plus récemment, Rhon et Deyle (2021) ont alimenté un débat animé avec leur discussion. Ils affirment que "... la thérapie manuelle décrit une grande variété de traitements, certains avec des composantes passives et d'autres qui sont principalement passifs dans certains scénarios. Mais la thérapie manuelle peut faire partie intégrante de stratégies de traitement très actives....... Ce point de vue remet en question l'hypothèse selon laquelle la thérapie manuelle est toujours un traitement passif de faible valeur".

En effet, on peut affirmer que "lorsque les gens parlent de traitement manipulateur, il semble impossible d'éviter le problème de l'importance démesurée qu'ils accordent aux techniques (passives)". (Maitland et al 2005).

Si nous considérons la thérapie manuelle comme un concept purement passif, nous passons à côté de l'image globale du patient et, par conséquent, d'importants aspects de la gestion. Nous risquons alors de considérer la thérapie manuelle comme une collection de techniques et non comme un ensemble de techniques. "concept spécifique de pensée et d'action" Hengeveld et Banks (2014).

Alors, qu'est-ce qu'il y a dans un nom ?

Ce que nous faisons a été nommé de différentes manières au fil des ans. Thérapie manipulative, thérapie manuelle, thérapie manuelle orthopédique, thérapie physique manipulative. Tous ces noms donnent inévitablement l'impression que nous n'utilisons toujours que des techniques manuelles passives. Par conséquent, le terme "physiothérapie musculo-squelettique" semble mieux refléter ce que nous faisons.

Bien sûr, le mot "manuel" dérive du latin "Manus" qui signifie "main" ou "de la main". Des esprits brillants ont été à l'origine de divers concepts et écoles de thérapie manuelle qui s'appuient sur l'application de techniques utilisant les mains. Des noms qui ont changé la donne comme James Cyriax, James Mennell, Freddie Kaltenborn, Olaf Evjenth, Stanley Paris, Geoff Maitland ou Robin McKenzie et Brian Mulligan viennent à l'esprit pour n'en citer que quelques-uns.

En fait, les organisations membres de l'IFOMPT ont mené un débat animé l'année dernière sur la question de savoir s'il fallait renommer la fédération en lui donnant le nom de "International Federation of Orthopaedic Manipulative Physical Therapists" à la "International Federation of Orthopaedic Musculoskeletal Physical Therapists". Ils n'ont toutefois pas été en mesure de parvenir à un consensus global.

Alors, qu'est-ce que j'en pense ?

J'ai appris un jour qu'écrire en majuscules, c'était comme crier, alors voilà, je vais crier !

Je crois que nous devons changer le nom de ce que nous faisons. Nous sommes les experts en "PHYSIOTHÉRAPIE MUSCULOSQUELETTIQUE". Cela reflète la pratique actuelle. Nous devons prendre en compte toutes les nouvelles données et preuves sans perdre nos compétences uniques en matière de mobilisation et de manipulation. Ayant été dans le "métier" pendant un certain temps maintenant, j'ai vu de nombreuses tendances atteindre un sommet et ensuite disparaître ou trouver une place appropriée dans notre vie clinique quotidienne et notre enseignement. LA MOBILISATION ET LA MANIPULATION SONT BIEN PLUS QU'UNE TENDANCE _ GARDONS-LES.

L'essentiel : Changez le nom mais NE PERDEZ PAS NOS COMPÉTENCES DE MOBILISATION ET DE MANIPULATON !

Et qu'en pensez-vous ?

Faites-nous savoir

La littérature :

Freeman S., Mascia A., McGill S. L'inhibition de la neuromusculature arthrogène : une enquête fondamentale sur son existence dans l'articulation de la hanche, Clin. Biomech (Bristol Avon) 2013:28(02):171-7

Grieve G. Grieve's Modern Manual Therapy of the Vertebral Column. Churchill Livingstone, 1986Edinburgh, Londres

Hengeveld E., Banks K (2014) Maitland's vertebral manipulation : Gestion des troubles neuromusculosquelettiques - Volume 1 (8.th Ed) 2014. Elsevier Edingburgh, Lo

Rhon D., Deyle GD. Manual Therapy : Toujours un traitement passif ? J Orthop Sports Phys Ther 2021;51(10):474-477. Epub 1 Jul 2021. doi:10.2519/jospt.2021.10330

Jull G., Moore A., Falla D., Lewis J., McCarthy C., Sterling M (Eds) Grieve's Modern Musculoskeletal Physiotherapy 4th Ed. 2015. Elsevier, Londres, New York.

Korr I.M. (Ed) Les mécanismes neurobiologiques de la thérapie manuelle. Plenum Press, 1978. New York

Lederman E. The Science and Practice of Manual therapy. 2e éd. 2005. Elsevier : Londres.

Lepley AS., Lepley KL. Mechanisms of Arthrogenic Muscle Inhibition J Sport Rehabil 2021 ; 1:1-10.

Maitland G., Hengeveld E., Banks K., English K. (Eds) Maitland's Vertebral Manipulation (7th Ed) 2005. Elsevier Edingburgh, Londres.

Norte G, Rush J, Sherman D. J. Inhibition des muscles arthrogènes : Meilleures preuves, mécanismes et théorie pour traiter l'invisible dans la réadaptation clinique.  Sport Rehabil. 2021 ; 9:1-19

Pettman E. Une histoire de la thérapie manipulative. J. Man. Manip. Ther. 2007 ; 15(3):165-75

Rice DA, McNair PJ. Inhibition du muscle arthrogène du quadriceps : mécanismes neuronaux et perspectives de traitement. Séminaires sur l'arthrite et les rhumatismes. 2010;40(03) : 250-66

Sonnery-Cottet  B., Saithna  A., Quelard B.,  Daggett  M., Borade A.,  Ouanezar  H., Thaunat  M., Blakeney W.G. Inhibition des muscles arthrogènes après une reconstruction du LCA : une revue de l'efficacité des interventions. British Journal of Sports Medicine 2019;53(5):289-298.

Retour à l'aperçu du blog

Commentaires

Vous êtes connecté en tant que {{user.name}}
{{ comment.length }} / 2000
  • {{ error[0] }}
fr_FRFrench

Nouvelles de Maitland

Restez à la pointe des soins fondés sur des données probantes en physiothérapie ! Abonnez-vous à notre bulletin Maitland® Concept pour obtenir des informations exclusives sur les traitements neuromusculosquelettiques avancés et les stratégies de gestion. Améliorez votre pratique, améliorez les résultats pour vos patients et restez à la pointe de la recherche de l'excellence.

Fractures de la colonne vertébrale.
Sérieux ou pas ?

Participez à un webinaire passionnant avec un conférencier de renommée internationale Laura Finucane sur 7 février 2024 à 20h00 CET lors de la session en direct ou la regarder plus tard en eplay.

Teacher Name

Add Your Heading Text Here

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Plateforme de gestion du consentement par Real Cookie Banner