The original article was published in English, other language versions are automatically translated.
For the original please switch to English.
17.02.2023

J'ai de bons rapports avec mes patients - dois-je me soucier d'une alliance thérapeutique ?

Elly Hengeveld

Elly Hengeveld, MSc, B.Health (PT), OMPTsvomp, Clin. Spec. MSK PhysioSwiss, professeur principal IMTA

Ce blog est un extrait de : Hengeveld & Silvernail, La communication et la relation thérapeutique. Dans : Hengeveld & Bucher Dollenz. Principes du concept de Maitland de la physiothérapie NMSKVol. 1, 9th ed

 (soumis pour publication)

Contenu de ce blog :

1.1.      Introduction à l'alliance thérapeutique

1.2.      Paradigme de la biopsychosociété

1.3.      Intersubjectivité

1.4.      Soins centrés sur la personne et douleur

1.5.      Les caractéristiques d'une alliance thérapeutique

1.6.      Recherche et alliance thérapeutique

1.7.      Prise de décision partagée

1.8.      Recherche et prise de décision partagée

1.9.      Le cadre de l'alliance physiothérapeutique de Miciak

1.10.        Conclusion

1.11.        Références

 

1.1     Introduction à l'alliance thérapeutique

 

La plupart des physiothérapeutes, si ce n'est tous, choisissent cette profession parce qu'ils aiment travailler avec les gens. Naturellement, avec cette attitude, ils seront capables d'établir une bonne relation avec leurs patients dans une atmosphère de confiance et d'acceptation. Ces dernières années, on trouve de nombreuses publications sur l'alliance thérapeutique dans la littérature kinésithérapeutique, et les thérapeutes peuvent se demander pourquoi ils ont besoin de plus de réflexion sur la relation thérapeutique.

Ce blog donne un aperçu des caractéristiques d'une alliance thérapeutique en encourageant nos lecteurs cliniciens à réfléchir aux aspects qu'ils expriment naturellement dans leur pratique quotidienne, et aux éléments qui pourraient nécessiter une réflexion ou un développement plus approfondi.

 

Description de l'alliance thérapeutique

L'alliance thérapeutique est décrite comme la relation de travail entre les patients et les thérapeutes, basée sur une connexion positive par la collaboration, la communication, l'empathie du thérapeute et le respect mutuel (Babatunde, MacDermid, & MacIntyre, 2017). 

L'alliance thérapeutique est un aspect dynamique du processus thérapeutique, dont la communication est le médiateur dominant. Elle est influencée à la fois par le client et le thérapeute, avec des facteurs biologiques, sociaux et psychologiques (Søndenä, Dalusio-King, & Hebron, 2020). 

Le psychologue Carl Rogers (1980) a eu une influence majeure sur la prise de conscience de  relations thérapeutiques avec une attitude centrée sur la personne. De nombreuses études ont été entreprises depuis les publications de Rogers sur la pratique centrée sur la personne, avec le point de vue de la centration sur la personne comme outil pour renforcer la responsabilité individuelle en matière de santé. En outre, les approches de la pratique clinique centrées sur la personne respectent l'autonomie des individus, ce qui leur permet de prendre part aux décisions concernant leurs soins et les options de traitement. Rogers (1980) a postulé que le processus (thérapeutique) relation entre les cliniciens et les patients est fondamentale pour un processus de motivation et de changement, dans lequel les expériences individuelles des patients avec leurs besoins, leurs pensées, leurs sentiments, leurs significations et les éléments contextuels sont des facteurs prépondérants..

Rogers a décrit les principes suivants d'une attitude centrée sur la personne :

-       L'empathie :
Apprendre à comprendre les points de vue, les motivations, les significations et les sentiments de l'interlocuteur, en combinaison avec des comportements interactionnels congruents. 

-       Un regard inconditionnel :
Attitude de non-jugement, démontrant l'acceptation de l'autre personne.

-       Congruence (Authenticité / authenticité) :
Faire preuve d'un intérêt sincère, écouter sans se cacher et être prêt à établir une relation transparente avec le patient sans se cacher derrière une façade professionnelle ou personnelle.

Rogers considérait l'art de l'écoute (active) comme l'outil le plus puissant pour améliorer les relations. Toutefois, il a souligné que des aptitudes à la conversation et au questionnement bien développées accompagnent de bonnes aptitudes à l'écoute (Owen, 2022).

 

1.2     Paradigme biopsychosocial

 

Chaque patient possède un cadre de référence unique, avec des pensées, des croyances, des émotions et des sentiments, des valeurs, un contexte socioculturel et une biographie individuelle. Tous ces aspects, et d'autres encore, peuvent avoir une influence considérable sur la façon dont les personnes agissent, réagissent et traitent les expériences de leur vie. Pour les physiothérapeutes, il est recommandé de réfléchir à ces aspects en tant que facteurs contribuant potentiellement aux symptômes et aux limitations fonctionnelles du patient (en tant que "propriétaire de l'épine ombilicale"), et d'aborder ces facteurs de manière constructive dans le processus thérapeutique.

Lorsqu'ils s'engagent dans le processus thérapeutique, les physiothérapeutes doivent développer des hypothèses concernant les causes et les facteurs contribuant à la détresse du client, ainsi que des stratégies de gestion optimales. En outre, il est crucial d'intégrer activement les patients dans leur processus thérapeutique (Mattingly & Fleming, 1994). (Voir Fig. 1). Pour atteindre ce dernier objectif, il est indispensable d'adopter une approche humaniste et centrée sur la personne, de se préoccuper de la relation thérapeutique ("alliance") et de faire preuve de compétences délibérées en matière de communication.

 

Il semble que de nombreux physiothérapeutes développent une attitude centrée sur la personne à l'égard de leurs patients au fil des années d'expérience clinique, même si c'est souvent plus à un niveau intuitif. Jensen, Gwyer, Shepard & Hack (2000) ont observé que expert la pratique de la physiothérapie se distingue de avancé les physiothérapeutes, avec une base de connaissances axée sur le client, développée par une réflexion régulière sur le processus et les interactions thérapeutiques, la résolution de problèmes en collaboration avec le client, et une attitude de bienveillance et d'engagement envers les patients.

 

Conseil de réflexion :

-    Comment voyez-vous votre base de connaissances centrée sur la personne ? 

-    Réfléchissez-vous souvent au processus thérapeutique et à l'interaction avec votre client ?

-    Que signifie pour vous la résolution collaborative de problèmes ?

-    Comment considérez-vous votre rôle de leader et de coach avec votre patient ? Auriez-vous tendance à être plus directif dans votre communication, ou préféreriez-vous guider en posant des questions et en écoutant activement ?

 

1.3     Intersubjectivité

 

Lorsque les patients et les kinésithérapeutes s'engagent dans le processus thérapeutique, ils commencent à partager une expérience intersubjective, qui est décrite comme suit (Leeming, 2014):

"Un échange de pensées et de sentiments, tant conscients qu'inconscients, a lieu entre deux personnes ou "sujets", comme le facilite l'empathie. Pour comprendre l'intersubjectivité, il faut d'abord définir le terme de subjectivité, c'est-à-dire la perception ou l'expérience de la réalité à partir de sa propre perspective (à la fois consciente et inconsciente) et nécessairement limitée par la frontière ou l'horizon de sa propre vision du monde. "

-       Déséquilibre du pouvoir dans les évaluations

Dans une analyse du discours des interactions entre les médecins et les patients, Wodak (1997) a observé un discours prédominant centré sur le clinicien et principalement lié aux tâches professionnelles et diagnostiques du clinicien. Elle a noté un déséquilibre de pouvoir entre les "réalités" du médecin et du patient, dans lequel les médecins ont besoin d'arriver le plus rapidement possible à un diagnostic, alors que les patients veulent souvent expliquer des aspects de leur biographie et l'impact de leurs symptômes ou de leur maladie sur leur vie... (Wodak, 1997).

Un déséquilibre de pouvoir similaire peut également se produire dans la pratique de la physiothérapie. Le physiothérapeute et le client entrent dans la rencontre thérapeutique avec leur réalité de perspectives individuelles. (fig. 2). D'une part, les patients peuvent demander l'aide d'un kinésithérapeute parce qu'ils ont l'impression que "quelque chose n'est pas normal"qui les concerne particulièrement, eux et leur vie. D'autre part, les physiothérapeutes suivront naturellement en premier lieu les exigences professionnelles des procédures d'évaluation et de gestion. Cependant, il est suggéré d'incorporer une approche narrative centrée sur le client dans les procédures spécifiques à la physiothérapie, en prêtant attention au développement d'une alliance thérapeutique afin d'éviter le déséquilibre de pouvoir d'un agenda prédominant centré sur le thérapeute. (Moore & Jull, 2012) (CSP, 2020).

Un programme centré sur la personne doit permettre aux patients de faire le récit de leurs expériences individuelles. sans contrôler les patients par des critères d'évaluation trop stricts, dans lesquels ils ne peuvent être autorisés à parler que des aspects qui sont pertinents pour le diagnostic physiothérapeutique et la planification du traitement du point de vue des physiothérapeutes. (Thomson, 1998).

 

1.4     Soins centrés sur la personne et douleur

 

Le concept de soins centrés sur la personne est de plus en plus accepté en physiothérapie comme une attitude générale. Cependant, il semble que la traduction des principes centrés sur la personne, avec l'inclusion des aspects psychosociaux dans la pratique clinique, soit un défi pour les physiothérapeutes (Derghazarian & Simmonds, 2011) (Naylor, Killingback, & Green, 2022). 

Dans une étude d'observation menée auprès de huit physiothérapeutes offrant une formation sur la lombalgie, Trede et al (2000) ont conclu que seul un participant suivait une approche centrée sur la personne, avec une écoute active des besoins des patients, tandis que les autres physiothérapeutes, qui pensaient adhérer à une approche centrée sur la personne, suivaient en fait une approche prédominante centrée sur le thérapeute. 

Dans une étude sur l'empathie, il a été discuté que les physiothérapeutes semblaient plus préoccupés par la collecte de données lors de la première session de traitement et faisaient preuve de plus d'empathie lors de la deuxième session que lors de la première. (Thomson, Hassenkamp, & Mansbridge, 1997).

Daluiso-King & Hebron (2020) ont discuté du fait que certains physiothérapeutes simplifient à l'excès le modèle bio-psycho-social en compartimentant les éléments bio, psycho et sociaux et en le considérant dans une philosophie réductionniste et dualiste. Les physiothérapeutes semblent considérer le modèle en deux entités, dans lesquelles les aspects biomédicaux sont séparés des dimensions psychosociales. En outre, ils décrivent que les physiothérapeutes ne se sentent pas toujours à l'aise pour traiter les aspects psychosociaux en raison d'une conceptualisation incomplète du modèle bio-psycho-social. De même, (Hutting, Oswald, Staal, & Heerkens, 2020) ont noté dans une enquête qualitative que les physiothérapeutes des Pays-Bas semblaient se sentir plus à l'aise pour fournir des informations sur les facteurs biomécaniques et physiques de l'état d'un patient pour les stratégies d'autogestion que sur les facteurs psychosociaux.

 

La reconnaissance empathique de l'expérience individuelle du patient est probablement l'une des caractéristiques les plus importantes de la première étape du développement d'une alliance thérapeutique solide.

 

L'intersubjectivité comme "construction de ponts" :

-  Les cliniciens montrent un intérêt sincère pour le récit de l'expérience individuelle de leurs patients et reconnaissent cette expérience.
Par exemple : "Cela doit être difficile, d'avoir ce problème depuis si longtemps", ou : "Comment trouvez-vous le fait de ne pas pouvoir faire depuis plus d'un an ?"

-  Les cliniciens expliquent aux patients pourquoi ils prennent certaines mesures dans les procédures d'évaluation, afin d'obtenir la compréhension du patient et son engagement dans le processus thérapeutique (par exemple en s'engageant dans des procédures de réévaluation)

 

1.5       Caractéristiqued'une alliance thérapeutique

 

En définissant les caractéristiques d'une relation thérapeutique, Rogers a travaillé principalement avec les caractéristiques et les comportements du thérapeute. Par ailleurs, le psychothérapeute Bordin (1976, 1980 cité par (Horvath & Greenberg, 1989) s'est concentré sur les caractéristiques de la relation thérapeutique. le concept de mutualité comme un élément primaire d'une alliance thérapeutique. Bordin a défini trois éléments constitutifs, qui définissent la qualité et la force de toutes les alliances :

  • -       Liens : se rapporte au réseau complexe d'attachements personnels positifs entre le client et le thérapeute, basé sur la confiance, l'acceptation et la confidence.
  • -       Objectifs : clients et thérapeutes en collaboration clarifier les objectifs, qui sont significatifs pour le client
  • -       Tâches : accord mutuel sur les interactions et les interventions, que les deux partenaires de l'alliance perçoivent comme efficaces et pertinentes pour atteindre les objectifs.

Babatunde, MacDermid et McIntyre (2017), dans une revue de littérature approfondie sur les caractéristiques de l'alliance thérapeutique, ont catégorisé huit éléments fondamentaux, avec plusieurs classements d'études représentées. Ils suggèrent d'aborder spécifiquement ces thèmes dans les recherches futures et de les mettre en œuvre dans la formation de premier cycle des physio- et ergothérapeutes (tableau 1).

      Tableau 1: Caractéristiques de l'alliance thérapeutique (Babatunde et al, 2017).

Thème

Spécificités

-  Congruence

o Accord sur les objectifs

o Identification du problème

o Accord sur les tâches

-  Connectivité

o Perception d'une bonne relation

o Convivialité

o Empathie

o Bienveillance

o Chaleur

o Intérêt réel/préoccupation

o La foi / la croyance du thérapeute dans le client

o Honnêteté (authenticité)

o Avec l'aimable autorisation de

-  Communication

o Non verbal

o Capacité d'écoute (écoute active)

o Aides visuelles

o Explications et informations claires

o Réactions positives

-  Attentes

o Thérapie

o Résultats

-  Thérapie individualisée

o Réactivité (en fonction des circonstances personnelles)

o Pratique holistique (liées aux circonstances et au contexte individuels)

-  Facteurs d'influence

 

-  Facteurs externes

o Structures, processus et environnement

o Planification des soins

-  Prérequis pour les thérapeutes

o Habileté, compétence et expérience

o Humour

o Expériences de vie

o L'intelligence émotionnelle

-  Prérequis pour le client

o Caractéristiques personnelles

o Ressources existantes

o Expérience de vie

o Volonté de s'engager

-  Partenariat

o Confiance / fiabilité

o Respecter

o La compréhension mutuelle

o Échange de connaissances

o L'équilibre des pouvoirs

o Participation active/engagement

-  Rôles et responsabilités

o Activation des ressources des patients

o Motivateur/encourage

o Professionnalisme

o Éducateur/Conseiller/Guide

o Suivi actif

o Soutien à l'autonomie

 

1.6     La recherche et l'alliance thérapeutique

 

Plusieurs études menées auprès de patients explorant leurs expériences de la relation thérapeutique ont montré que les patients apprécient les éléments suivants dans une relation thérapeutique :

  • Au départ, les patients avaient des attentes en matière d'exercices, de diagnostics, d'informations claires sur l'évaluation et le diagnostic, de conseils et de réassurance (Unsgaard-Tøndel & Søderstrøm (2021) Kamper et al (2018). Cependant, après quelques séances avec le thérapeute, ils ont particulièrement apprécié la relation thérapeutique avec l'élément constitutif suivant, qui a renforcé leur compréhension et leur motivation à adhérer aux conseils et à l'autogestion :

o   L'écoute active

o   Confection individuelle

o   Contrôle continu

o   Adaptation du traitement

o   Communication empathique

o   Un temps suffisant avec le thérapeute.

 Dans l'étude de Kamper et al., il est remarquable que plus de 1,5 million d'euros soient consacrés à l'éducation. 50% des participants ont exprimé le besoin de  
        discuter de l'impact de leur douleur sur leur vie.

  • De plus, les patients ont perçu une alliance thérapeutique plus forte, lorsque les styles d'interaction des cliniciens ont facilité les interactions avec les patients, comme l'exploration de l'expérience individuelle de la maladie du patient, l'écoute attentive et la prise en compte des problèmes émotionnels.. La discussion des options, le fait de demander l'avis des patients, d'encourager les questions et d'y répondre, les explications de ce que les patients doivent savoir ont eu une influence positive. Les conseils et les directives sont significativement associés de façon négative à une relation thérapeutique.. Pinto, Ferreira, Oliviera et al. (2012)

  •  Parmi les facteurs similaires à ceux mentionnés ci-dessus,  (Bishop, et al., 2021) ont conclu qu'une alliance thérapeutique est également renforcée par questions organisationnellestels que les procédures de rendez-vous, les temps d'attente, l'organisation et les installations.

  • Dans une étude à méthode mixte avec des questionnaires pour les patients et les thérapeutes et des observations de la première séance enregistrée sur vidéo, (Myers, et al., 2022) ont remarqué qu'une alliance thérapeutique perçue comme plus forte avait un effet immédiat sur les scores de douleur, bien qu'elle ait un effet plafond après un mois. Cependant, lorsque la relation thérapeutique s'améliore au cours du mois, la douleur et la fonction ont tendance à s'améliorer davantage. Il est intéressant de noter que Les variables cliniques telles que *le manque de contact humain, *le manque d'information/éducation, et *le fait de ne pas renvoyer l'information au client étaient significativement associées à des évaluations plus faibles de l'alliance thérapeutique. D'un autre côté, *pause pour écouter, *utilisation de l'humour, *transitions, *utilisation de questions ouvertes et *questions clarifiantes étaient parmi les principales pratiques comportementales associées à une alliance thérapeutique mieux perçue par le patient. L'utilisation de stratégies de communication centrées sur le patient tout au long d'une rencontre clinique semble renforcer l'alliance thérapeutique.

  •  Il semble qu'une alliance thérapeutique perçue comme forte soit liée à des résultats de traitement tels que
    - TAdhésion au traitement (personnes souffrant de lésions cérébrales ou de pathologies multiples ; adultes souffrant de douleurs chroniques dues à des troubles musculo-squelettiques). 
    Symptômes dépressifs (personnes présentant des symptômes cardiaques)
    - Satisfaction du traitement (personnes souffrant d'affections musculo-squelettiques)
    -  Fonction (personnes gériatriques, personnes souffrant de douleurs chroniques ou de douleurs lombaires) 
    Basé sur (Hall, Ferreira, Maher, Latimer , & Ferrreira, 2010) (Kinney, et al., 2018) (Alodaibi, et al., 2021) (Moore, Holden, Foster, & Jinks, 2019)
    - Effets immédiats sur le NRS de la douleur perçue (Myers et al, 2022), Fuentes et al (2014
    - Effets sur l'auto-efficacité, les perceptions et les croyances concernant la lombalgie et la détresse psychosociale (Bishop et al, 2021).

 

1.7     Prise de décision partagée

 

Le concept d'accord mutuel ou de congruence des objectifs, des tâches et des liens est essentiel dans les approches centrées sur la personne. (Bordin, 1976, cité par Horvath & Greenberg, 1989) (Babatunde, MacDermid, & MacIntyre, 2017). Le terme "prise de décision partagée" est de plus en plus utilisé dans la littérature professionnelle et est l'expression d'un raisonnement collaboratif. (Edwards, Jones, Higgs, Trede, & Jensen, 2004).

"Prise de décision partagée"(SDM) est placé dans le contexte des changements intervenus dans les soins de santé, avec un accent accru sur la responsabilisation des patients, la pratique éthique du consentement éclairé, les droits des patients, la collaboration, le respect de l'autonomie des personnes qui demandent des soins. (Hoffmann, et al., 2014) (Stiggelbout et al, 2012).

La participation aux décisions doit aider les patients à conserver un contrôle optimal sur les décisions et les actions liées à leurs soins de santé. (OMS, Glossaire de la promotion de la santé, 1998). Elle offre un équilibre aux structures de pouvoir paternalistes et peut être considérée comme une rencontre entre experts : les cliniciens avec leur expertise d'une part, et les patients en tant qu'experts de leur propre vie d'autre part. (Godolphin, 2009).

(NICE, 2017) décrit le processus de prise de décision partagée comme suit : 

La prise de décision partagée est un processus de collaboration qui implique qu'une personne et son professionnel de santé travaillent ensemble pour parvenir à une décision commune concernant les soins. Il peut s'agir de soins dont la personne a besoin immédiatement ou de soins à venir, par exemple dans le cadre d'une planification préalable des soins. Il s'agit de choisir des tests et des traitements en se fondant à la fois sur des preuves et sur les préférences, les croyances et les valeurs de la personne. Il s'agit de s'assurer que la personne comprend les risques, les avantages et les conséquences possibles des différentes options par la discussion et le partage d'informations. Le processus conjoint permet aux personnes de prendre des décisions sur les soins qui leur conviennent (avec les options de choisir de recevoir des traitements ou de ne pas changer ce qu'elles font actuellement).

(Hoffmann, et al., 2014) soulignent que la prise de décision partagée est un processus continu dans le cadre de la prise en charge du patient et non un moment unique de la rencontre clinique.

 

  • Différences dans accentuation de décisions en médecine et en réadaptation

Sur la pratique médicale, La prise de décision partagée porte principalement sur les options, les risques et les avantages de l'examen et du traitement de divers diagnostics biomédicaux (Hoffmann, et al., 2014, p. 2).

Dans les pratiques de réadaptationDans le cadre de la prise de décision partagée, comme la physiothérapie et l'ergothérapie, le processus de prise de décision partagée implique principalement des décisions concernant (Hengeveld & Banks, 2014).

-       les objectifs significatifs du traitement

-       des interventions significatives permettant d'atteindre les objectifs fixés d'un commun accord. 

-       les paramètres permettant au patient et au thérapeute de suivre l'évolution du processus de traitement et les résultats des différentes interventions thérapeutiques.

Il est remarquable que cette différence dans l'accentuation de la prise de décision partagée ne soit pas encore prise en compte dans les descriptions actuelles des processus de prise de décision partagée.

La mise en œuvre des processus de décision partagée semble être limitée dans de nombreux domaines cliniques, malgré la reconnaissance générale de la valeur de ce concept dans la pratique. 

Cependant, le fait de ne pas avoir la possibilité de prendre part aux décisions peut avoir un impact profond sur la vie de certains patients :

(Hack, Degner, & Watson, 2006) ont étudié la situation de femmes atteintes d'un cancer du sein, trois ans après leur traitement. À l'aide de questionnaires, ils ont étudié comment les femmes percevaient les processus de prise de décision partagée dans les phases de diagnostic et de traitement de leurs soins. Les femmes qui ont été plus impliquées dans le processus de prise de décision ont perçu une meilleure qualité de vie, moins de fatigue, un meilleur fonctionnement physique et social que les femmes qui ont perçu une moindre implication dans le processus. Rétrospectivement, ces dernières ont regretté de ne pas avoir eu la possibilité de participer aux décisions concernant leurs soins.

 

1.8     La recherche en physiothérapie dans la prise de décision partagée 

 

-       Dans un essai clinique randomisé auprès de 75 patients avec une lombalgie chronique, (Gardner, et al., 2019) a montré que l'éducation du patient en combinaison avec des processus de décision partagée a conduit à de meilleurs résultats fonctionnels (n=37) que dans le groupe témoin (qui a bénéficié d'un programme d'exercices standardisé n=38). Les variables primaires étaient l'intensité de la douleur et les limitations fonctionnelles. Les variables secondaires comprenaient la qualité de vie, le comportement d'évitement de la peur, la dépression, l'auto-efficacité, l'anxiété et le stress. Ces variables, y compris l'utilisation des soins de santé, ont été évaluées après 2, 4 et 12 mois respectivement. Après 12 mois, les variables primaires, ainsi que la qualité de vie, le comportement d'évitement de la peur et l'auto-efficacité sont restés significativement meilleurs dans le groupe d'intervention que dans le groupe de contrôle. Seules de petites tailles d'effet ont été observées pour l'anxiété, la dépression et le stress. Aucun changement n'a été observé dans l'utilisation des soins de santé. 

-       Il a été reconnu que la congruence entre les objectifs du patient et ceux du thérapeute n'est souvent pas respectée et que les processus de prise de décision partagée ont tendance à être sous-utilisés. (Moore & Kaplan, 2018) (Dierckx, Deveugele, Roosen, & Devisch, 2013):

Dans une revue systématique de 15 articles sur la prise de décision partagée et la définition des objectifs dans les établissements de réadaptation, (Rose, Rosewiliam, & Soundy, 2017) a conclu que seuls deux articles étaient liés à des décisions centrées sur le patient, tandis que les autres études ont montré que les décisions n'étaient que partiellement participatives. Cependant, dans toutes les études, les cliniciens et les patients se sont accordés sur les avantages de la prise de décision partagée. Dans quatre études, les patients ont constaté un sentiment d'appropriation et de contrôle de leur propre processus thérapeutique, se sentant plus motivés et au même niveau que le thérapeute. Ils ont particulièrement apprécié les objectifs du traitement et les interventions, qui étaient adaptés à leur situation unique. Les thérapeutes ont rencontré des obstacles et des idées fausses similaires à ceux mentionnés par les patients. (Hoffmann, et al., 2014)mais ils s'accordent à dire que les processus de prise de décision partagée favorisent la motivation des patients.

-       (Leach, Cornwell, Fleming, & Haines, 2010)lors d'entretiens semi-structurés avec des kinésithérapeutes, a remarqué que la plupart des thérapeutes définissaient les objectifs de traitement en fonction des niveaux de déficience. (OMS, 2001) sur la base de leur examen physique. Les objectifs relatifs aux niveaux d'activité n'ont pas été discutés afin d'en explorer la signification du point de vue du patient.

-       Dans une étude menée auprès de dix physiothérapeutes et de 21 patients atteints d'hémiplégie, (Parry, 2004) ont analysé 74 sessions enregistrées. Il n'y a eu que huit sessions dans lesquelles les thérapeutes ont guidé un processus de prise de décision partagée sur la définition des objectifs. Les contraintes de temps, les défis dans les interactions avec le patient ainsi que les situations avec un mauvais pronostic ont rendu difficile pour les thérapeutes d'optimiser les décisions prises en collaboration.

  • Cependant, les niveaux d'éducation et de formation spécifique à la prise de décision partagée semblent optimiser le processus (Couët, et al., 2015) , (Hausherr, Suter, & Kool, 2020). 

 

1.9     Le cadre de l'alliance physiothérapeutique de Miciak

 

Miciak (2015), lors d'entretiens semi-structurés avec 11 physiothérapeutes et 7 patients, a développé un cadre conceptuel de la relation thérapeutique en physiothérapie. Elle a reconnu que de nombreuses idées sur les relations thérapeutiques sont basées sur la pratique de la psychothérapie. Cependant, on sait peu de choses sur la manière dont les liens se développent et sur les conditions qui constituent le fondement d'une relation thérapeutique constructive dans la pratique de la physiothérapie. La relation thérapeutique dans la pratique de la physiothérapie présente certaines caractéristiques uniques qui la distinguent des autres professions. Par exemple, l'utilisation du toucher dans l'évaluation et le traitement, ce qui est moins probable dans la pratique de la psychothérapie ; plus de temps passé sur plusieurs réunions consécutives avec les patients, contrairement aux temps de consultation avec les médecins ; les patients travaillent souvent avec le même thérapeute, ce qui permet de développer une relation cohérente, par rapport aux infirmières qui changent d'équipe, par exemple.

Ce cadre englobe les éléments suivants, qui sont des conditions préalables à une alliance thérapeutique :

a)   Conditions d'engagement : (Miciak, Mayan, Brown, Gross, & Joyce, 2018b):
- Présence 
   (par exemple, reconnaître qu'un patient peut avoir besoin de plus de temps en tête-à-tête, malgré un emploi du temps chargé, rester concentré, etc. 
   sur le patient en dépit d'une charge de travail importante ou de facteurs de stress personnels. Les patients ont besoin de sentir le traitement et 
   apprendre à comprendre leurs réactions).

- Réceptif
    (par exemple, entrer dans les interactions avec une attitude ouverte pour négocier des plans de traitement appropriés et une 
     une réceptivité ciblée pour identifier les problèmes et les besoins saillants. Permettre aux patients de raconter leur histoire peut être 
     important de créer une atmosphère sûre et réceptive).
- Authentique
   (par exemple, être soi-même d'une manière chaleureuse et attentionnée ; être direct, avec un ton clair et franc. 
    exprimer de la sollicitude ou de la compassion ; investir dans le personnel en montrant un intérêt authentique pour la personne. 
    et la volonté de divulguer quelque chose sur soi).

Engagé

   (par exemple, le thérapeute et le patient s'engagent à comprendre la situation du patient et à se comprendre mutuellement). 
   les rôles des autres ; engagés dans l'action - s'engager à atteindre les objectifs, "adhérer" à la thérapie et à l'action. 
   réévaluations).
x

b)    Les moyens d'établir des connexions (défini comme "un lien avec une autre personne basé sur un point commun ou une reconnaissance." (p. 4) :

- Reconnaître l'individu

   (par exemple, se rencontrer en tant qu'être humain égal (et non pas seulement en tant que "dos"), avec une vie comportant de nombreuses expériences à l'extérieur 
   de la salle de soins ; accueil avec le sourire, poignée de main, brève conversation dès le premier contact avec le patient. 
   Les physiothérapeutes veillent à ce que les patients soient vus et entendus. 
   et appréciées ; validation ou reconnaissance "au moment même" des expériences des patients lorsqu'elles se manifestent).

- Le don de soi
   (par exemple, si nécessaire, les physiothérapeutes consacrent plus de temps ou d'énergie avec/pour le patient ; les physiothérapeutes 
   indiquant qu'ils veulent revoir la littérature, consulter un collègue, ou disant qu'ils réfléchissaient 
   du cas du patient lorsqu'il participe à un séminaire ; Faire preuve d'empathie, ou prendre des nouvelles du 
   Si nécessaire, ils peuvent se confier sur des choses ou des sujets qu'ils ont en commun avec les patients.)
Utiliser le corps comme point de pivot (respecter les expériences corporelles du patient et l'aider à se développer) 
  de prendre conscience et de se (re)connecter à leur corps, dans le cadre d'un paradigme biopsychosocial)
  (Clarifier les problèmes et les solutions physiques [liés au mouvement, et d'autres tels qu'un sentiment de tension] ; 
   faciliter la connexion du patient avec son corps[1] ; utiliser le toucher comme un traitement et une occasion d'aider 
  le patient à prendre conscience de ses réactions, et à guider les mouvements et les exercices)

c)     Éléments du lien
- Nature du rapport
   (La nature de la relation est le fondement de la coopération - avec une reconnaissance réciproque de l'autre. 
   personne ; "s'entendre" ; un mélange de rapports professionnels et d'aspects éthiques ; l'accent est mis sur le retour à la vie normale. 
   la participation à des activités significatives) et le rapport personnel (lié au motif mutuel d'avoir des enfants, par exemple). 
   au même âge)

- Respect (comme une reconnaissance mutuelle de l'importance ou de la valeur inhérente d'une personne ; p. 168)
  (par exemple, le respect égal et l'ouverture pour tous les patients, l'accueil et la considération, le fait d'être le centre d'intérêt principal de l'équipe de soins). 
   thérapeute à ce moment-là ; respect des connaissances du thérapeute ; maintien de la dignité du patient dans les cas où 
   ils peuvent se sentir vulnérables en raison, par exemple, de limitations physiques, d'une faible estime de soi ou de facteurs culturels ou liés au sexe).

- La confiance (souvent utilisé avec le mot "respect")
   (confiance liée au fait que le physiothérapeute, en tant que professionnel, est bien informé et possède les connaissances nécessaires). 
    compétences ; chevauchement de la confiance professionnelle et de la confiance personnelle ; confiance du physiothérapeute envers le patient ; en particulier la 
    des physiothérapeutes montrant leur intention d'aider les patients à atteindre leurs objectifs de réadaptation sans 
   causant un préjudice physique ou psychologique indéniable).
 - L'entraide (comme l'expression d'une préoccupation ou d'une attention pour le bien-être d'une autre personne ; p. 180)


[1]. Avec une formation complémentaire, la physiothérapie peut aller au-delà d'un paradigme mécanique du corps humain. En tant qu'expression d'une pratique éclairée par la psychologie et d'un concept d'"incarnation", ils peuvent apprendre à guider les patients présentant, par exemple, des réactions de tension vers la prise de conscience des relations avec leurs expériences émotionnelles. (Nichols et a, 2010, 2013) 

 

1.10    Conclusion

 

L'exploration des connaissances personnelles des patients sur leur état et le retour régulier d'informations sur leur point de vue et leurs sentiments concernant le processus thérapeutique jouent un rôle décisif dans le développement d'une alliance thérapeutique.

 

Dans le développement d'une alliance thérapeutique, il faut créer une atmosphère dans laquelle les patients (Dickson, Hargie, & Morrow, 1997, p. 139) :

-       Se sentir apprécié, accepté et compris

-       peuvent mieux comprendre leur situation

-       Peut discuter de ce qui lui importe, en ce qui concerne les objectifs significatifs et les interventions préférées.

-       Sont soutenus et guidés dans l'élaboration de plans d'action

 

Conseil de réflexion : 

-      Dans quels points de ce blog avez-vous reconnu vos étapes de communication et de fixation d'objectifs avec vos patients ?

-      Y a-t-il des domaines que vous aimeriez explorer davantage ? 

Vous pouvez penser à 

  • Processus de fixation des objectifs, congruence entre les objectifs tels que vous les voyez et leur signification pour le patient.
  • Reconnaître et intégrer l'expérience individuelle des patients, avec leurs pensées, leurs croyances, leurs sentiments, leurs valeurs et l'impact sur leur vie.
  • S'assurer que le patient peut comprendre et accepter toutes les procédures physiothérapeutiques.
  • Vous voyez-vous plutôt dans un rôle directif et explicatif ou dans un rôle où vous guidez en posant des questions et en utilisant une écoute active ?

Faites-moi savoir ce que vous en pensez : elly.hengeveld@imta.ch

 

Santé, Elly

 

1.11   Références

Alodaibi, F., Beneciuk, J., Holmes, R., Kareha, S., Hayes, D., & Fritz, J. (2021). La relation de l'alliance thérapeutique avec les caractéristiques des patients et les résultats fonctionnels pendant un épisode de soins de physiothérapie pour les patients souffrant de lombalgie : une étude observationnelle. Thérapie physique, 101(1) : 1-9. DOI : 10.1093/ptj/pzab026.

Babatunde, F., MacDermid, J., & MacIntyre, N. (2017). Caractéristiques de l'alliance thérapeutique dans la pratique de la phystiothérapie musculo-squelettique et de l'ergothérapie : une revue de la littérature. BMC Health Services Research, 17 : 375. DOI: 10.1186/s12913-017-2311-3.

Bishop, F., Al-Abbadey, M., Roberts, L., MacPherson, H., Stuart, B., Fawkes, C., . . . Bradbury, K. (2021). Effets directs et médiats du contexte de traitement sur les résultats de la lombalgie : une étude de cohorte prospective. BMJ Open, 11:e044831. doi:10.1136/ bmjopen-2020-044831.

Couët, N., Desroches, S., Robitaille, H., Vaillancourt, H., Leblanc, A., Turcotte, S., . . . Légaré, F. (2015). Évaluations de la mesure dans laquelle les prestataires de soins de santé impliquent les patients dans la prise de décision : une revue systématique des études utilisant l'instrument OPTION. Attentes en matière de santé, Vol 18, Issue 4. doi : 10.1111/hex.12054.

CSP. (2020). CSP Chartered Society of Physiotherapy. Retrieved from Physiotherapy Framework - putting physiotherpy behaviour, values, kjnowledge & skills nto practice: https://www.csp.org.uk/system/files/documents/2020-05/CSP%20Physiotherapy%20Framework%20May%202020.pdf

Daluiso-King, G., & Hebron, C. (2020). Le modèle biopsychosocial en physiothérapie musculo-squelettique est-il adéquat ? Une analyse évolutive des concepts. Théorie et pratique de la physiothérapie, 38(3) : 373 - 389. https://doi.org/10.1080/09593985.2020.1765440.

Derghazarian, T., et Simmonds, M. (2011). Gestion de la lombalgie par les physiothérapeutes au Québec : où en sommes-nous ? Physiothérapie Canada, 64(4) : 464-473 https://doi.org/10.3138/ptc.2010-04P.

Dickson, D., Hargie, O., & Morrow, N. (1997). Formation aux techniques de communication pour les professionnels de la santé. 2ème édition. Londres : Chapmann & Hall.

Dierckx, K., Deveugele, M., Roosen, P., & Devisch, I. (2013). Mise en œuvre de la prise de décision partagée en kinésithérapie : Niveau observé de participation et préférence du patient. Physiothérapie, 93(10) : 1321-1330. doi.org/10.2522/ptj.20120286.

Edwards, I., Jones, M., Higgs, J., Trede, F., & Jensen, G. (2004). Qu'est-ce que le raisonnement collaboratif ? Adv. en physiothérapie, 6 : 70 - 83 . doi.org/10.1080/14038190410018938.

Fuentes, J., Armijo-Olivo, S., Funabashi, M., Miciak, M., Dick, B., Warren, S., . . . Gross, D. (2014). L'alliance thérapeutique améliorée module l'intensité de la douleur et la sensibilité à la douleur musculaire chez les patients souffrant de lombalgie chronique : une étude expérimentale contrôlée. Phys. Ther., 94 : 477-489. https://doi.org/10.2522/ptj.20130118.

Gardner, T., Refshauge, K., McAuley, J., Hübscher, M., Goodall, S. et Smith, L. (2019). Une intervention combinée d'éducation et de fixation d'objectifs dirigée par le patient a réduit l'invalidité et l'intensité de la lombalgie chronique à 12 mois : un essai contrôlé randomisé. Br. J Sports MEd, 0:1-9. doi:10.1136/bjsports-2018-100080.

Godolphin, W. (2009). Shared Decision Making. Santé Quartelijk, 12 : e186-e190. Récupéré de : https://www.researchgate.net/profile/William-Godolphin/publication/51437687_Shared_Decision-Making/links/02e7e53b43eeab9bfb000000/Shared-Decision-Making.pdf.

Hack, T., Degner, L., & Watson, P. (2006). Les patients bénéficient-ils d'une participation à la prise de décision médicale ? Suivi longitudinal de femmes atteintes d'un cancer du sein. Psycho-oncologie, 15 : 9-19. DOI : 10.1002/pon.907.

Hall, A., Ferreira, P., Maher, C., Latimer, J., & Ferrreira, M. (2010). L'influence de la relation thérapeute-patient sur les résultats du traitement en réadaptation physique : A Systematic Review. Thérapie physique, 90:1099-1191. doi.org/10.2522/ptj.20090245.

Hausherr, A., Suter, L., & Kool, J. (2020). La prise de décision partagée en physiothérapie : une étude observationnelle transversale. Eur. J. de physiothérapie, 23(6) DOI : 10.1080/21679169.2020.1772869.

Hengeveld, E., et Banks, K. (2014). La manipulation vertébrale de Maitland : Gestion des troubles neuromusculosquelettiques. Vol. 1. 8ème édition.Édimbourg : Churchill Livingstone Elsevier.

Hoffmann, T., Légaré, F., Simmons, M., McNamara, K., McCaffery, K., Trevena, L., . . . De Mar, C. (2014). La prise de décision partagée : que doivent savoir les cliniciens et pourquoi devraient-ils s'en préoccuper ? Journal médical d'Autralie, 35-39. doi : 10.5694/mja14.00002.

Horvath, A., & Greenberg, L. (1989). Développement et validation de l'inventaire de l'alliance de travail. J. de psychologie du conseil, 36(2) : 223-233. https://doi.org/10.1037/0022-0167.36.2.223.

Hutting, N., Oswald, W., Staal, J., & Heerkens, Y. (2020). Soutien à l'autogestion pour les personnes souffrant de lombalgie non spécifique : Une enquête qualitative auprès des physiothérapeutes et des thérapeutes de l'exercice. Science et pratique de l'appareil locomoteur, Vol. 50, 102269. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2020.102269.

Jensen, G., Gwyer, J., Shepard, K., & Hack, L. (2000). Expert Practice in Physical Therapy. Physiothérapie, 80:28-43. https://doi.org/10.1093/ptj/80.1.28.

Kamper, S., Haanstra, T., Simmons, K., Kay, M., Ingram, T., Byrne, J., . . . Hall, A. (2018). Qu'attendent les patients souffrant de douleurs rachidiennes chroniques de leur physiothérapeute ? Physiothérapie Canada, 70 (1) 36-41. doi:10.3138/ptc.2016-58.

Kinney, M., Seider, J., Floyd Beaty, A., Coughlin, K., Dyal, M. et Clewley, D. (2018). L'impact de l'alliance thérapeutique en physiothérapie pour les douleurs musculo-squelettiques chroniques : Une revue systématique de la littérature. Théorie et pratique de la physiothérapieEn ligne. DOI: 10.1080/09593985.2018.1516015.

Leach, E., Cornwell, P., Fleming, J. et Haines, T. (2010). Patient centered goal-setting in a subacute rehabilitation setting. Handicap et réadaptation,, 32(2) : 159-172. DOI: 10.3109/09638280903036605.

Leeming, D. (2014). Encyclopédie de la Psychologie et de la Religion. 2ème édition. New York : Springer.

Mattingly, C., & Fleming, M. (1994). Raisonnement clinique : Formes d'enquête dans la pratique clinique. Philadelphie : F.A. Davis.

Miciak, M. (2015). Bedside Matters : Un cadre conceptuel de la relation thérapeutique en physiothérapie. Thèse de doctorat, Faculté de médecine de réadaptation. Alberta : Univertsity of Alberta. Dérivé de ; https://era.library.ualberta.ca/files/9z903246q.

Miciak, M., Mayan, M., Brown, C., Gross, D. et Joyce, A. (2018b). Les conditions nécessaires d'engagement de la relation thérapeutique en physiothérapie : une étude de description interprétative. Archives de la physiothérapie, 8:3. https://doi.org/10.1186/s40945-018-0044-1.

Miciak, M., Mayan, M., Brown, C., Joyce, A. et Gross, D. (2018a). Un cadre pour établir des connexions dans la pratique de la physiothérapie. Théorie et pratique de la physiothérapie, 35(1) : 40-56. https://doi.org/10.1080/09593985.2018.1434707.

Moore, A., & Jull, G. (2012). Le patient au centre. Editorial. Thérapie manuelle, (17) 377.

Moore, A., Holden, M., Foster, N., & Jinks, C. (2019). L'alliance thérapeutique facilite l'adhésion à l'exercice et à l'activité physique dirigés par la physiothérapie pour les personnes âgées souffrant de douleurs au genou : une étude qualitative longitudinale. J. of Physiother., 66 (1), 45-53. https://doi.org/10.1016/j.jphys.2019.11.004.

Moore, C., & Kaplan, S. (2018). Un cadre et des ressources pour la prise de décision partagée : Opportunités d'amélioration des résultats en physiothérapie. Phys. Ther., 98 : 1022-1036. https://doi.org/10.1093/ptj/pzy095.

Myers, C., Thompson, G., Hughey, L., Young, J., Rhon, D. et Rentmeester, C. (2022). Une exploration des variables cliniques qui améliorent l'alliance thérapeutique chez les patients cherchant des soins pour des douleurs musculo-squelettiques : A mixed methods approach. Soins musculo-squelettiques, 1-16. DOI : 10.1002/msc.1615.

Naylor, J., Killingback, C., & Green, A. (2022). Quels sont les points de vue des physiothérapeutes musculo-squelettiques et des patients sur la pratique centrée sur la personne ? Un examen systématique des études qualitatives. Handicap et réadaptation, DOI : 10.1080/09638288.2022.2055165.

NICE. (2017). Prise de décision partagée. www.nice.org.uk : National Institute of Health and Care Excellence.

Nicholls, D., & Gibson, B. (2010). Le corps et la physiothérapie. Théorie et pratique de la physiothérapie, 26(8) : 497-510. DOI: 10.3109/09593981003710316.

Nicholls, D., Walton, J., & Price, K. (2009). Making breathing your business : enterprising practices at the margins of orthodoxy. santé : Une revue interdisciplinaire pour l'étude sociale de la santé, de la maladie et de la médecine., 13(3) : 337-360. DOI : 10.1177/1363459308101807.

Owen, M. (2022). L'art de l'écoute. Von Aeon Magazine : https://aeon.co/essays/the-psychologist-carl-rogers-and-the-art-of-active-listening abgerufen

Parry, R. (2004). Communication pendant l'établissement des objectifs dans les séances de traitement de physiothérapie. Réhabilitation clinique, 18 : 668 /682. doi : 10.1191/0269215504cr745oa.

Pinto, R., Ferreira, M., Oliveira, V., Franco, M., Adams, R., Maher, C., & Ferrreira, P. (2012). La communication centrée sur le patient est associée à une alliance thérapeutique positive : une revue systématique. J de Phsyiothérapie, 58 : 77-87. https://doi.org/10.1016/S1836-9553(12)70087-5.

Rose, A., Rosewiliam, S., et Soundy, A. (2017). La prise de décision partagée dans le cadre de la fixation d'objectifs dans les établissements de réadaptation : Une revue systématique. Éducation et conseil aux patients, 100(10 : 65-75 http://dx.doi.org/doi:10.1016/j.pec.2016.07.030.

Sarinopoulos, I., Hesson, A., Gordon, C., Lee, S., Wang, L., Dwamena, F. et Smith, R. (2013). L'entretien centré sur le patient est associé à une diminution des réponses aux stimuli douloureux : une première étude d'IRMf. Éducation et conseil aux patients, 90(2) : 220-225. https://doi.org/10.1016/j.pec.2012.10.021.

Thomson, D. (1998). Counseling et raisonnement clinique : le sens de la pratique. Br. J. de la thérapie et de la réadaptation, 5 : 88-94. https://doi.org/10.12968/bjtr.1998.5.2.14221.

Thomson, D., Hassenkamp, A., & Mansbridge, C. (1997). The Measurement of Empathy in a Clinical and Non-Clinical Setting. L'empathie augmente-t-elle avec l'expérience clinique ? Physiothérapie, 83(4) : 173-180 https://doi.org/10.1016/S0031-9406(05)66074-9.

Trede, F. (2000). Approches des physiothérapeutes en matière d'éducation sur la lombalgie. Physiothérapie, 86, 427-433. https://doi.org/10.1016/S0031-9406(05)60832-2 .

Unsgaard-Tøndel, M., & Søderstrøm, S. (2021). Alliance thérapeutique : Patients' Expectations Before and Experiences After Physical Therapy for Low Back Pain-A Qualitative Study With 6-Month Follow-Up. Phys. Ther., 101:1-9. https://doi.org/10.1093/ptj/pzab187.

OMS. (1998). Glossaire de la promotion de la santé. Genève : Organisation mondiale de la santé.

OMS. (2001). CIF - Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Genève : Organisation mondiale de la santé, OMS.

Wodak, R. (1997). Critical discourse analysis and the study of doctor-patient interaction. Dans B.-L. Gunnarsson, P. Linell, & B. Nordberg, La construction du discours professionnel. (p. Chapitre 9). New York : Routledge Publishers.

 

 

 

 

Retour à l'aperçu du blog

Commentaires

Vous êtes connecté en tant que {{user.name}}
{{ comment.length }} / 2000
  • {{ error[0] }}
fr_FRFrench

Nouvelles de Maitland

Restez à la pointe des soins fondés sur des données probantes en physiothérapie ! Abonnez-vous à notre bulletin Maitland® Concept pour obtenir des informations exclusives sur les traitements neuromusculosquelettiques avancés et les stratégies de gestion. Améliorez votre pratique, améliorez les résultats pour vos patients et restez à la pointe de la recherche de l'excellence.

Fractures de la colonne vertébrale.
Sérieux ou pas ?

Participez à un webinaire passionnant avec un conférencier de renommée internationale Laura Finucane sur 7 février 2024 à 20h00 CET lors de la session en direct ou la regarder plus tard en eplay.

Teacher Name

Add Your Heading Text Here

Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Plateforme de gestion du consentement par Real Cookie Banner